« La vallée de Seine est un corridor stratégique pour développer l’hydrogène »

29 Juin 2022

Déjà région phare pour les énergies renouvelables, la Normandie a les atouts pour jouer un rôle leader dans la filière hydrogène française. Les grands acteurs se positionnent et les projets s’additionnent. Le point avec Valérie Rai-Punsola, Déléguée Générale de Normandie Energies.

© Aprim

La Normandie a tout pour réussir le déploiement de l’hydrogène. « D’abord elle peut compter sur un exécutif actif sur le sujet. Dès 2018, la Normandie a été la première région en France à adopter un plan hydrogène, avec 15 M€ engagés sur 5 ans) », rappelle Valérie Rai-Punsola, Déléguée Générale de Normandie Energies et Déléguée Régionale de France Hydrogène.

« Par ailleurs, la Normandie concentre un tiers de la consommation nationale actuelle d’hydrogène.  Les acteurs majeurs nous ont bien identifiés et les projets émergent dans toutes les directions : usages, production, formation… Nous assistons à la naissance d’une grande filière régionale. »

Enfin, « avec son potentiel en ENR, et notamment les grands projets d’éolien offshore au large de ses côtes, la Normandie dispose d’une source majeure pour produire par électrolyse un hydrogène vert. »

Dans cette dynamique, Normandie Energies, ainsi que la délégation normande de France Hydrogène jouent un rôle d’accélérateur aux côtés de la Région, au travers de la mise en synergie, de la mise en relation des acteurs et d’accompagnement des projets.

En vidéo, Valérie Rai-Punsola, Déléguée Générale de Normandie Energies, Déléguée Régionale de France Hydrogène, livre son regard sur le potentiel de la filière hydrogène normande.

Une bonne implication des acteurs

Outre le plan régional Normandie Hydrogène évoqué plus haut, la mobilisation autour de l’hydrogène est palpable dans d’autres grandes collectivités. « La Métropole de Rouen s’est connectée au sujet, la communauté urbaine du Havre également. »

Par ailleurs, des acteurs industriels majeurs ont investi ou vont le faire en Normandie. Notamment Air Liquide (vidéo ci-dessous), dont le projet Air liquide Normand’Hy est espéré pour 2025 à Port-Jérôme. Ce serait la première usine mondiale de production massive d’hydrogène vert.

« D’autres grands acteurs se positionnent, comme Ariane Group, qui veut faire de Vernon (Eure) un site de référence européen. Et bien sûr Haropa Port (rassemblement des ports du Havre, Rouen et Paris), à la fois dans un rôle d’aménageur, mais qui va élargir son offre de service à l’hydrogène et contribuer fortement à promouvoir les utilisations de cette énergie décarbonée. »

La vallée de Seine, corridor stratégique pour l’hydrogène

L’axe Seine se situe dans le top 3 des bassins suivis de près par France Hydrogène. « Ce corridor qui va de la Normandie à l’Île-de-France est un couloir idéal pour déployer des activités industrielles, des stations de recharge et des usages du quotidien. Il offre aussi des réseaux avec notamment des infrastructures gazières qui peuvent s’avérer précieuses. »

D’autres régions françaises avancent bien, « comme le secteur Marseille – Fos-sur-Mer, avec un corridor qui remonte vers Lyon, ou plus près de nous le secteur de Dunkerque. Au-delà, les Hollandais ou les Allemands ne nous attendent pas, la course est mondiale, mais la France a une carte à jouer énorme et la Normandie aura son mot à dire. »

Des projets emblématiques

Le plus gros projet français de production d’hydrogène renouvelable est attendu en Normandie en 2025, avec Air Liquide Normand’Hy (lire aussi plus haut). Il s’inscrit dans une perspective de décarbonation du bassin industriel normand. Cet électrolyseur d’une capacité initiale de 200 MW vise à fournir 28 000 tonnes par an aux industriels du bassin en hydrogène renouvelable, et à contribuer à la mobilité lourde bas carbone de l’axe Seine. Sa mise en service évitera l’émission de plus de 250 000 tonnes de CO₂ par an.

On peut citer aussi le projet régional « Nomad Car Hydrogène ». Cet autocar thermique rétrofité en électrique hydrogène, inauguré en juin 2022, est une première mondiale. Il sera mis en circulation sur la ligne Rouen-Evreux.

Le projet Elemanta (vidéo ci-dessous) est un autre beau projet d’usage. Il s’agit d’une barge mobile, capable de stocker de l’hydrogène pour le soutage des bateaux, mais aussi de produire de l’électricité avec une pile à combustible et de fournir cette électricité aux navires en escale, donc réduire considérablement leur impact carbone.

On peut encore citer Hyvia, véhicules utilitaires à hydrogène, projet co-porté par Renault et Plug Power.

L’enjeu de la massification

Pour que le secteur économique s’oriente plus vite vers cette nouvelle source d’énergie, il faut en baisser le coût, donc massifier. « Pour développer l’hydrogène qui permettra de décarboner les usages industriels et la mobilité lourde (terrestre, fluviale ou maritime), il faut en massifier la production par électrolyse notamment. Plus on aura d’usages différenciés, plus on pourra avoir des prix bas. C’est l’un des sujets majeurs sur lesquels nous travaillons », conclut Valérie Rai-Punsola.

Normandie Energies est la filière d’excellence du mix énergétique normand. Elle fédère et anime 240 acteurs normands de l’énergie : majors, 60% de PME et TPE, acteurs de la recherche et de la formation, collectivités. Sa vocation est le développement économique de la filière en favorisant la compétitivité de ses membres entreprises. Elle accompagne la transition écologique du territoire, est catalyseur de projets collectifs et structurants notamment sur l’hydrogène.

France Hydrogène réunit plus de 350 membres et fédère les acteurs de la filière française de l’hydrogène, structurés sur l’ensemble de la chaîne de valeur : grands groupes industriels, PME-PMI, start-ups innovantes soutenues par des laboratoires et centres de recherche d’excellence, des associations, pôles de compétitivités et des collectivités territoriales mobilisés pour le déploiement de solutions hydrogène. Son ambition : accélérer le développement de l’hydrogène renouvelable et bas carbone pour réussir la transition énergétique, réindustrialiser le territoire et créer de la valeur localement.

Normandie Hydrogène « La vallée de Seine est un corridor stratégique pour développer l’hydrogène »

Articles qui pourraient également vous intéresser

Loading...